Pêche en Casamance

C’est parti pour 2 semaines de pêche au Sénégal !

Pêche au Sénégal

En commençant par Dakar ou je suis resté les deux premiers jours, en attendant le premier bateau partant pour la Casamance, plus au sud. Accompagné d’un ami, Jérôme, ainsi que de mon père, nous en avons profité pour visiter quelques ports de pêche où un pêcheur local nous a proposé de venir pêcher à bord de sa pirogue… Nous sommes donc partis en mer à la découverte de la pêche à la palangre. Technique classique, mais hyper efficace ! Il vous suffit d’avoir un plomb et 1 ou 2 hameçons et d’y accrocher un morceau de poisson, et à peine mise dans l’eau, la canne commence à secouer! Cela nous a révélé une diversité de poissons incroyable, tous plus beaux les uns que les autres…

Après les 2 jours sur Dakar, nous avons fait 10h de bateau et 2h de taxi-brousse pour enfin arriver chez Patrick, où nous avons prévu de rester au moins 1 semaine.
Une journée sans pêche, ça ne va pas ! Nous avons donc, dès notre arrivée, pris les cannes surf-casting pour tenter notre chance sur la plage à 20m de là où l’on va dormir.
Nous avons fait connaissance avec des poissons, mi-chats, mi-requins qui nous ont permis d’avoir de nombreuses touches ! (même si ce n’est pas tout à fait les poissons recherchés 🙂 ) 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pêche en CasamanceLe lendemain, réveil à 6h, à la fraîche, pour s’attaquer aux mangroves avec Patrick LE guide local. Prévenus dès le début que depuis quelques temps la pêche est dure à cause des températures plus froides que la normale et surtout du vent, nous sommes partis nous perdre en bateau au milieu de la mangrove. Niveau température et vent il y avait du mieux par rapport aux jours précédents donc nous pouvions nous attendre à tout !

 

 

Plusieurs techniques peuvent être pratiquées, mais la favorite de Patrick est la pêche en vertical ! PARFAIT ! Le principe de cette pêche est de présenter généralement un leurre souple sous le bateau (à la verticale) et effectuer les dérives les meilleures possible au-dessus des postes à poissons. Ici nous sommes en Afrique et il n’y a pas de moteurs électriques, il faut donc un excellent pilote pour conduire le bateau et connaitre les coins à l’abri du vent tout en étant en mouvement pour trouver les poissons… Bref, il faut avoir Patrick !

 

Nous commençons par un premier spot, dit « le spot à Otolithe », les 3 leurres ne sont même pas dans l’eau que la première touche arrive, manquée !
Nous avons de la chance les poissons sont en activité, mais pour combien de temps ? Et est-ce que toutes les espèces le sont ?
Nous commençons par prendre quelques « poissons-chat » et une sorte de lotte nommée « le crapaud ».

 

Puis Patrick a une première vraie touche ! Une Otolithe ! Très joli poisson, de la famille du maigre.

 

 

 

 

 

 

 

 

J’en prends une autre à mon tour, mais plus petite.

 

 

 

Mon père, n’étant pas un adepte de la pêche en vertical, commence à faire des lancers en bordure de mangroves et le voilà accroché à un beau poisson, c’est un barracuda qui sera venu s’aiguiser les dents sur le leurre, par chance il n’a pas coupé le fil et on a pu le monter à bord pour prendre quelques photos.

 

 

 

Une heure après, le vent tourne un peu et la marée commence sa descente, Patrick nous amène sur une bonne passe à Capitaine (poisson exotique connu pour sa combativité). La dérive fait environ 200m, et n’ayant pas de touche les 120 premiers mètres, je ne suis plus très attentif, et BIMMM une touche comme je n’en avais encore jamais eu ! UN CAPITAINE c’est sur ! Le poisson passe directement sous le bateau et avec sa force je n’arrive pas à remonter la canne, le frein siffle, et là, je repère un petit bout de ferraille de l’encre dépassant du rebord du bateau. Le bout de la canne est venu juste entre la ferraille et le bord du bateau et CRAC ! (tout ça dans l’espace de 2 secondes !).

 

Un scion en moins ! Le poisson est toujours là, le moulinet siffle encore et le poisson prend le large… Ne pouvant plus travailler correctement avec la canne, on allume le moteur et on suit le poisson avant qu’il ne parte avec l’intégralité de la bobine ! Après un long combat, le poisson d’une dizaine de kilos rentre enfin dans l’épuisette ! 

(La façon dont je l’ai pris n’avait pas facilité le combat car c’est sur le flanc que l’hameçon était venu se loger…)

Premier CAPITAINE !!!!

Par chance, Patrick avait une seconde canne à bord qui m’a bien dépannée !

Après quelques photos, on reprend la dérive et on la recommence.

120m mètre plus loin, BIM rebelote ! C’est à Patrick de se faire atteler ! Encore un magnifique Capitaine. Il faut savoir que c’est un poisson qui vit en banc donc il est normal d’en prendre plusieurs sur une même zone.

 

 

 

Comme le veulent bien les choses, la 3e dérive est pour mon père qui lui aussi fait un superbe combat et met au sec le poisson !

 

 

 

 

Quelques dérives plus tard, c’est à nouveau à moi d’en prendre un ! Tous environ de la même taille et avec des combats tous aussi puissant les uns que les autres !

 

 

De temps en temps, nous remontons les lignes avec des morceaux de leurre en moins (quand ce n’est pas le leurre qui disparait entièrement). Le coupable : le barracuda, avec ses pointes à plus de 60km/h, il ne s’arrête pas prendre la photo et part avec le leurre… Sauf, bien sûr, quand mon père décide de pêcher à nouveau les bordures.

Barracuda Sénégal

 

Patrick fera un dernier poisson avant de rentrer pour le repas du midi. C’est dans ces moments-là que tu voudrais que les parties de pêche ne finissent jamais !
Mais Patrick pêche le secteur depuis plus de 10 ans et a constaté une grosse chute d’activité l’après-midi. Et avec le soleil qui tape il vaut mieux rentrer.

Sur le trajet du retour nous dérangerons un paquet d’oiseaux de toutes sortes camouflés dans la mangrove…

Ce n’est que la première demi-journée, mais le séjour s’annonce plutôt pas mal !

Partagez !Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Pour marque-pages : Permaliens.

2 réponses à Pêche en Casamance

  1. Seb dit :

    Wahou tu me fais rêver mon pablo !!! Merci pour ce retour on en veux encore !!!!bisous

  2. super résumé de notre première sortie!! J’avoue que tu as un certain talent pour écrire, tu devrais devenir journaliste halieutique lol. Bon on attend la suite …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *